Fédérer pour constituer une filière unique dédiée à l’artisanat



Publié le mercredi 04 juillet 2018 à 11:32 par solange
1308 vues
0 commentaires

Bernard Stalter, président de l’Union nationale des entreprises de coiffure, et le Conseil exécutif de l’UNEC, appellent les branches professionnelles à partager leur démarche et à se fédérer pour constituer une filière unique dédiée à l’artisanat. 

La réforme de la formation professionnelle soulève la question de l’organisation de l’artisanat, principal employeur d’apprentis qui sont autant de futurs artisans et de potentiels chefs d’entreprises. Pour Bernard Stalter, président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC), « la structuration actuelle de l’artisanat est un frein face aux défis qu’il doit relever ». Bernard Stalter appelle à « un changement de paradigme : il faut rationaliser, fédérer les énergies et les compétences dans une logique interprofessionnelle pour donner un nouveau souffle à l’artisanat, gagner en cohérence, en efficacité et en lisibilité ». Bernard Stalter, qui s’est entretenu avec Alain Griset, président de l’U2P : « en soutien à ce projet, j’annonce que l’UNEC est prête à s’engager dans une logique de fédération. J’appelle les autres branches professionnelles de l’artisanat à rejoindre cette démarche ». 

« Actuellement les entreprises artisanales sont regroupées dans une logique de branches professionnelles. L’artisanat est divisé en une vingtaine d’Organisme Paritaire Collecteur Agréé –OPCA- qui ont pour principales missions de collecter la contribution à la formation professionnelle et de conseiller les entreprises dans leurs actions de formation » explique Bernard Stalter, « une structuration qui manque de visibilité et de lisibilité » souligne-t-il. 

Or, avec 1,3 million d’entreprises artisanales, 3,1 millions d’actifs, 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 250 métiers différents et 160 000 apprentis qui suivent chaque année un cursus d’apprentissage dans des entreprises artisanales, « l’artisanat est une filière économique à part entière, un formidable vivier de croissance, d’innovation et d’emplois qualifiés et une véritable réponse au problème du chômage » affirme Bernard Stalter qui souligne le rôle économique de l’artisanat mais aussi « sa contribution au dynamisme et à l’équilibre de vie dans les bassins de vie ».  

Pour Bernard Stalter, « c’est une opportunité unique de transformer une définition juridique en une filière économique ». 
« Le gouvernement appelle de ses vœux cette restructuration de la filière. Nous devons pouvoir être, dans l’intérêt des entreprises artisanales, en mesure d’y répondre en bâtissant une filière économique cohérente. Nous devons pouvoir être un interlocuteur incontournable des pouvoirs publics. Aussi je soutiens la démarche de l'U2P et milite pour la création d’un opérateur de compétences dédié à l’artisanat avec le regroupement des branches professionnelles sous forme de filière verticale.» indique Bernard Stalter. 

Comme d’autres branches professionnelles de l’artisanat, l’UNEC est adhérente de la Confédération Nationale de l'Artisanat des Métiers et des Services –CNAMS- organisation interprofessionnelle nationale des métiers de la fabrication et des services. « Il est essentiel que toutes les branches de la CNAMS s’associent à cette démarche. En tant que président de l’UNEC, j’appelle les autres branches à s’associer à nous pour co-construire cette « grande maison commune » de l’artisanat ». 

 

Credit photo Nicolas Moulard


Tags information unec bernard stalter

Partager sur :
Google+

Commentaires

Soyez le premier à commenter !


J'ecris mon commentaire

Back To Top